Qui suis-je ?

Daniel Gaïnetdinoff

A propos

« Souvent, on m’interroge. Quelle école ? : La vie ! Quelle formation ? : La passion ! Quelle qualité ? : Aimer ! »

« Jongler avec la parole pour le plus grand plaisir du public que je captive, est un plaisir. C’est à chaque fois que, généreusement, j’offre mon énergie pour galvaniser le public et les acteurs, afin de les suspendre au pouvoir de ma voix, habitée par l’émotion et la passion.

J’invente pour votre événement, une âme, un nouveau souffle, inédit et haletant !

Ce style et cette énergie joviale sont les fruits d’une méthode et d’une expérience forgée au fil des années à force de me frotter à des publics aussi variés que passionnants.

Je suis le complice qui, à vos côtés, contribue au succès de votre évènement.

Le perfectionnisme, la précision et la rigueur forment la base de mon travail. J’ai conscience de cette aisance innée, certes, mais c’est aussi le fruit d’une longue préparation en amont ! Une préparation calibrée au millimètre qui offre également la possibilité de m’épanouir dans l’improvisation, de surfer sur les inattendus pour créer, entretenir et prolonger la convivialité. »

La Bio de Daniel

La Voix qui a suivi la voie

Animateur, Présentateur, Speaker, peu importe le titre, le métier de Daniel, c’est de parler, d’utiliser le langage pour propager l’émotion, le rire autant que les larmes Car Daniel, c’est d’abord une voix. Une voix aux intonations profondes et chantantes, une voix harmonique. La voix, comme une chimie bien équilibrée entre les pensées et le corps, capable d’exprimer tous les états de l’âme, le reflet des émotions et des sentiments, une empreinte vocale, unique comme les empreintes digitales. Daniel et sa voix se nourrissent l’un l’autre pour transcender le réel et l’anoblir.

Sa première animation, ce fut au lycée : le rôle d’Albin dans « la cage aux folles ». Le succès est tel que la troupe du lycée se lance dans une tournée de 30 dates par an, la scène s’empare de Daniel qui devient un homme habité par la voix et la parole. Ce métier étrange et rare demande des dispositions innées, puisées dans son histoire familiale : côté maternel : un grand père polonais, mineur puis boulanger, qui trouvait toujours le moyen de rire de la vie. Une grand-mère qui a traversé à pied une Europe déchirée par la guerre, elle sera couturière, femme de mineur, puis boulangère et appréciera toute sa vie chaque occasion de fête… Côté paternel : un grand père russe, arrivé en pleine révolution de 1917, dont sans aucun doute Daniel a hérité de la convivialité slave et du plaisir festif et une grand-mère française dont le quotidien « Germinal » et les malheurs de la vie n’auront jamais altéré sa douceur, son sourire et son bonheur des réunions de famille pour rire ensemble autour de la table. L’histoire de Daniel, c’est aussi une enfance dans le Nord où l’humour a toujours trouvé une terre d’accueil, avec un père et une mère, qui profitent de chaque occasion pour réunir la famille, les amis pour s’amuser… et faire la fête.

 

Du Nord à la Savoie

Alors cette envie de parler, raconter, mettre en jeux des émotions, Daniel va la chercher chez lui, à travers son âme slave exubérante et généreuse. Investi dans le monde associatif, et s’occupant d’un club de jeunes, il organise avec des copains, un séjour « aux sports d’hiver », deux cars partiront un samedi matin pour la neige, il encadre et anime le groupe. Mais surtout il découvre la Vallée de la Maurienne en Savoie… Et les cars repartiront sans lui.

Du Nord où il a grandi, Daniel déménage alors pour s’installer en Savoie. Il sera directeur commercial d’un centre de vacances et animateur de cette structure. Puis il crée une agence de voyages, dont la spécialité est d’accueillir des groupes dans la vallée. Bien entendu, il les anime ! Et il reste, pendant presque 10 ans aux commandes d’Offices de Tourisme. Tout au long de ces années, il découvre en profondeur une Maurienne attachante : le terroir, la montagne, la neige, les événements sportifs et culturels, les festivals, et surtout ses habitants… Cet homme de paroles attaché au terroir anime les foires, les fêtes de villages, les rencontres gastronomiques, les comices agricoles. Une autre passion dévorante va alors s’emparer de lui : Les événements sportifs. Sur cette terre Savoyarde qui se prête à tous les défis Daniel a de quoi nourrir ses émotions. Et en 1999, il se lance et crée sa structure d’animation Anima.

 

Les pistes de la Grande Odyssée

En 2004, il devient la Voix de la Grande Odyssée, en acceptant la proposition d’Henry Kam, patron de l’évènement. Il s’agit de la course internationale de chiens de traîneaux la plus difficile au monde : 30 mushers et 400 chiens de traîneaux se donnent rendez-vous sur les 1000 kms de parcours et 25 000 m de dénivelés positifs. Daniel entame alors un marathon de speaker : 6 heures de micro d’affilé pendant une douzaine de jours…. Lorsque les conditions sont difficiles, il renoue avec ses racines familiales slaves : le froid, le vent, autant de challenges qu’il aime relever. Au-delà d’être la Voix de l’évènement, La Grande Odyssée est également pour Daniel, et grâce à Henry Kam, une formation à la rigueur de l’organisation dans le domaine des médias entre autres. Mais, c’est aussi la complicité avec le docteur vétérinaire Dominique Grandjean, directeur de course et la rencontre avec le cinéaste, écrivain et aventurier Nicolas Vanier.

Animer un évènement ne s’improvise pas …

Animer un évènement, représente toujours de longues heures de préparation : la présentation des athlètes, leurs antécédents, des anecdotes, les commentaires de courses, la connaissance parfaite de la discipline. Mais aussi, la maîtrise de la cause, pour les évènements à buts caritatifs.

Une autre spécialité : les évènements à buts caritatifs …

La Course Enfants sans cancer, à Paris avec le rugbyman Christophe Dominici.

La Marche des Lumières avec l’Institut Curie, et un  » lumineux « départ sous la Tour Eiffel.

Pendant 10 ans, il fut coordinateur du Téléthon, dont il lance la dynamique en Maurienne. Il fallait gérer plus de 50 animations et plus d’un millier de personnes pour un montant de collecte avoisinant les 30 000 €. Rien de moins…pour finir premier contrat de Savoie.

Parler pour tous

Sur ces grands évènements, Daniel parle pour tous, ceux que l’on ne voit pas, mais qui participent activement en coulisses sur l’évènement. Il est celui qui parle et met en lumière ceux que l’on n’entend pas.

Une diversité sur tous les fronts

Ce qui le comble le plus, c’est la diversité de ses interventions : Il est Animateur – Présentateur – Speaker. Cette diversité, lui offre le micro de la Fête Nationale du Vélo avec le journaliste Henri Sannier. Ou encore, la présentation de soirées de prestige avec les « Ambassadeurs » de la ville de St Jean de Maurienne, que sont Bernard Hinault, Bernard Thévenet ou Gilbert Duclos Lassalle.

Un restaurant

Et comme les choses ne sont jamais faites à moitié, il monte avec son épouse Béatrice, un restaurant : « L’Estanco ». Il y conjugue sans complexe ambiance, saveur, produits locaux, animations et goûters. Etablissement qui connaît le succès, recommandé par le Guide du Routard depuis 2011, mais aussi à l’honneur dans les « Carnets de Julie » sur France 3 et dans « Echappée Belle » sur France 5.

Musique et accordéon

Côté musique, l’accordéon n’a qu’à bien se tenir car amateur du piano à bretelles il est depuis 2002 co-organisateur avec son copain Pollux, allias Daniel Pichon, du Festival National d’Accordéon de Termignon. En 2010, il co-anime, avec Evelyne Adam l’Odyssée de l’Accordéon au Pavillon Baltard, et en 2011 au Trianon à Paris. Il touche à tout et devient l’animateur et présentateur des Mures Zicales en Rhône Alpes. Il enflamme les foules pour mettre à l’honneur des groupes en pleine ascension.

Les copains du spectacle

Ses héros ? Ni superman, Batman ou Mc Gyver, mais plutôt Bourvil, Defunès, Jacqueline Maillant, Devos, Chevalier Laspalès, Muriel Robin. Et puis, c’est la rencontre de Laurent Gerra, avec qui il sympathise et qu’il admire, entre autres, pour son humilité, malgré son statut de vedette. Enfin, au répertoire des copains, il y a aussi Maurice Favières, animateur des jeux de 20 heures et sur RTL dans les années 80, dont il apprécie les conseils et les récits …

Chasseur au cinéma dans le film Belle et Sébastien

En 2012, c’est la découverte du cinéma avec le tournage de Belle et Sébastien, réalisé par Nicolas Vanier. Et c’est le réalisateur en personne qui appellera Daniel, pour lui annoncer, qu’il est retenu pour un rôle de chasseur ! Belle surprise, alors que Daniel n’avait rien demandé ! Les liens d’amitié noués pendant les longues heures d’attente sur les lignes d’arrivée de la Grande Odyssée, seront les « seuls responsables » ! Autres rencontres sur le tournage : Tcheky Kario, Urbain Cancelier, mais c’est avec Mehdi, que Daniel sympathisera le plus solidement, et leur relation ira bien au-delà de la sortie du film.

Un slogan

Un micro, des spectateurs, un évènement, vous rajoutez à ce cocktail la voix et l’âme Gaïnetdinoff, et vous aurez alors une harmonie, des vibrations, de l’élégance et des émotions. Son slogan : « L’animation est à l’évènement ce que la coquille est à l’œuf… une forme originale, sans laquelle le contenu serait plat »